Le coup de gueule de l’informaticien

Colère d'un félinAujourd’hui, j’avais envie de rédiger un petit coup de gueule. De temps en temps, ça défoule et ça fait du bien d’extérioriser certaines pratiques qui m’ennuient au quotidien. Ces petites pensées, ces phrases assassines qu’on entend lorsqu’on pratique un métier orienté vers l’informatique… bref, un rapide portrait de quelques petites choses qui m’énervent lorsque je les entend et qui ne feraient plaisir à personne si on les retournait sur un autre métier. Allez savoir pourquoi, en informatique, on tolère ce genre de comportements parce que, après tout, l’informatique, « c’est magique » !

« Ah, tu es informaticien ? Dis tu saurais comment faire pour… »

Ces situations, tous les informaticiens de quelque bord que ce soit les ont vécues. C’est au détour d’une fête d’anniversaire, au cours d’un repas et j’en passe. C’est le moment où celui qui ne vous a pas accordé un seul regard jusqu’ici ou qui vous a fébrilement serré la main en baragouinant une formule de politesse vous voit subitement comme son meilleur ami, ou du moins, celui qui va le sortir de la mouise pour pas un rond, sans contrepartie.

Au-delà du fait que les personnes qui ne connaissent pas grand chose au domaine imaginent que l’informatique « c’est magique » ou qu’on bosse sur des trucs qui ne fonctionnent jamais – juste pour les embêter et parce que ça nous fait plaisir -, certains pensent que parce que nous sommes du métier et que nous travaillons avec des choses qui ne sont pas tangibles, ça ne va pas nous prendre longtemps à résoudre leur problème. Donc que ça ne coûtera rien.

D’autant que je ne crois pas me souvenir avoir constaté ce genre de choses dans d’autres métiers plus physiques. Prenez un maçon, par exemple. Avez-vous déjà entendu quelqu’un le prendre subitement pour un ami parce qu’il avait un trou à boucher dans son petit muret de jardin et qu’il voulait le faire faire gratuitement ? Pensez bien que ceux qui auraient essayé se seraient déjà ramassé un sceau de ciment sur la tête.

« Les informaticiens, ce sont des marginaux, ils n’ont pas de vie sociale… »

Voilà l’autre penchant du beau métier d’informaticien: lorsqu’un confrère a rendu service et qu’il aura accompli sa bonne action de la journée, il se prendra de la part de celui qu’il vient d’aider un bon « tu devrais sortir de ton trou de temps en temps, et voir de vrais gens, ça te ferait du bien ».

Je vous prie donc de croire que la plupart des informaticiens sont des personnes très normales avec une vie toute aussi trépidante que la vôtre, voire plus. S’il est vrai que nous passons beaucoup de temps avec la technologie que nous employons, c’est parce qu’elle a la fâcheuse tendance à changer très rapidement. De ce fait, si nous ne restons pas attentifs, il y a fort à parier que nous soyons dépassés très vite par les progrès de notre secteur.

Par exemple, travaillant beaucoup du côté « software » et peu avec le « hardware », j’ai complètement perdu la notion de ce qu’est une bonne carte graphique. Les modèles s’enchaînent tellement rapidement que je ne saurais pas, aujourd’hui, laquelle vous conseiller pour quel usage. L’informatique est un domaine qui change très rapidement et de manière souvent radicale. Ne nous en voulez pas de devoir nous y intéresser quelques heures par jour ! (avant quelques bonnes bières)

« L’informatique, c’est un domaine compliqué: c’est fait pour une élite et ça change tout le temps ! A croire qu’ils font exprès ! »

Premièrement, je pense que les subtilités de notre domaine ne sont pas à la portée de tous, parce qu’il est nécessaire d’être passionné. Comme pour un bricoleur, il faut savoir mettre les mains dans le cambouis et casser deux ou trois trucs avant de commencer à comprendre.

Deuxièmement, il est vrai qu’il y a beaucoup de changement et que ça va très vite. Mais ce n’est en aucun cas pour perdre tout le monde ou pour notre propre plaisir. Comme pour tout produit, sa qualité est influencée par les décisions qui sont prises à son égard. Le goût d’une tarte à la crème va varier d’un fabriquant à un autre car sa recette n’est pas la même. Et parfois, on refait les recettes pour les améliorer.

En informatique, c’est pareil, on refait parfois des choses pour les améliorer, sauf que ça va beaucoup plus vite. Je conçois par contre que des erreurs d’ergonomie sont souvent commises par négligence, c’est un fait… et le fait qu’on nous impose certaines choses (choix technologiques, par exemple) n’aide pas non plus. Au final, il y a fort à parier qu’un problème que vous rencontrez soit provoqué par un manager un peu fêlé, même si certains informaticiens sont un peu fêlés aussi.

« Pourquoi les programmes sont toujours aussi compliqués ? »

Ce qu’il faut savoir, en informatique, c’est qu’un ordinateur, une tablette ou encore un smartphone sont des éléments extrêmement bêtes. Ils ne font que ce qu’on leur demande de faire, ni plus, ni moins. Ils ne savent pas prévoir ce qu’une personne veut faire sans qu’on ne lui ait implanté des règles lui expliquant comment décrire un comportement. Et faire ceci est très compliqué, prend beaucoup de temps et d’argent.

Rendre un programme plus simple, c’est déporter des choix que l’utilisateur aurait à faire à un programme. C’est lui apprendre comment « deviner » ce que l’utilisateur veut faire et ce qui serait le plus judicieux pour lui. On appelle ça de l’intelligence artificielle, et c’est bien plus compliqué que d’afficher une fenêtre vous demandant quelle solution vous préférez.

Conclusion: si vous voulez que le programme soit plus simple, il faut lui apprendre beaucoup de choses, ça prendra beaucoup de temps et ça coûtera très cher. Souvent, ça coûtera bien plus cher que de vous demander de prendre une heure pour remplir un formulaire.

Le mot de la fin

Bon, et bien voilà quelques phrases qui m’énervent et auxquelles j’aurai répondu par écrit. N’allez pas penser que le travail d’un informaticien se résume à glander dans un bureau et faire des pannes là où ça fonctionnait très bien avant. Plus un informaticien fait son travail consciencieusement, moins vous le remarquerez. Parce que tout ce qui fonctionne et que vous ne relevez pas, c’est ce qu’il a fait juste. Si vous ne voyez pas ce qu’un informaticien fait pour vous, c’est qu’il le fait vraiment très bien. Alors pardonnez-lui les quelques minutes où vous ne recevez pas vos mails, les quelques lenteurs de votre réseau et les programmes qui vous affichent des messages barbares. Il fera sans doute tout son possible pour réparer ces erreurs, mais imaginez peut-être qu’il doit se battre ailleurs avec quelque chose de plus grave que vos trois mails à vos parents/enfants/collègues.

Ah, et pour finir, j’aimerais aussi ajouter ça: lorsqu’un informaticien est à la pause, qu’il boit son café ou qu’il part du bureau, merci de ne pas l’attraper pour un problème. Tout comme vous, il apprécie de quitter son poste quelques minutes et de parler d’autre chose que de ce qu’il est en train de faire.

Si vous devez contacter un informaticien, considérez de lui envoyer un petit email plutôt qu’un téléphone. La plupart des opérations en informatique requièrent beaucoup de concentration et doivent être recommencées depuis le début si celles-ci sont interrompues… alors sauvez quelques chatons innocents et écrivez-lui un mail, ça le dérangera moins et il sera d’autant plus vite sur votre problème. Merci.

Source de l’image: Pixabay.


A propos de WebManiaK

Possédant un Bachelor en informatique de gestion, je suis actuellement employé comme développeur .NET (Java et PHP à mes heures perdues). Je me passionne pour les technologies informatiques et j'utilise donc des outils comme ce blog pour me tenir à jour des dernières nouveautés et publier des billets techniques sur des sujets peu évoqués sur le Web.

6 Replies to “Le coup de gueule de l’informaticien”

  1. Aaah, très bien, j’adore les articles « coups de gueule » ! C’est vrai que dans l’IT, quelle que soit la spécialisation, on est amené tôt ou tard à péter un câble de temps en temps !

    Étant plus dans le système que le dev, je me retrouve surtout dans la partie « ah, tu saurais pas comment faire pour … ». Je me suis laissé penser que c’était flatteur au début, mais c’est vrai que le profiteur n’est jamais très loin de ce type de comportement… je n’hésite maintenant plus à recadrer les gens.

    • Hello !

      Désolé pour l’attente, j’ai été très pris ces derniers jours et n’ai pas pu prendre le temps de répondre. Alors c’est vrai que le profiteur n’est jamais bien loin, c’est d’ailleurs généralement en se faisant avoir une fois qu’on comprend qu’il faut recadrer directement.

      En ce qui me concerne, j’entends beaucoup ce genre de phrases et c’est en principe pour dépatouiller quelqu’un qui est embêté avec son Wifi, qui a son PC lent ou encore qui n’arrive pas à faire fonctionner un logiciel (la plupart du temps, c’est cracké, donc je passe mon chemin).

      Enfin voilà, j’avais envie de faire ce coup de gueule en espérant que ça tombe dans l’oreille d’un futur « client » ou « ami » ^^

    • Escribe tu comentario Puedes usar las siguientes etiquetas HTML: <a> <abbr> <acronym> <b> &lkl;boctquote> <cite> <code> <del> <em> <i> <q> <strike> <strong> var RecaptchaOptions = { theme : ‘red’, lang : ‘en’ , tabindex : 5 };   #submit {display:none;}

  2. T’as un problème?
    C’est quoi ton OS? Windows… Ah je suis désolé, je n’utilise plus cela depuis des années. Demande à quelqu’un d’autre. Moi je ne sais pas comment ca marche… :p

    • Réponse intéressante, je tenterai de la ressortir à quelqu’un qui me connaît moins bien. Pour l’heure, je bosse dans une entreprise fortement portée sur les systèmes Microsoft, alors je suis mal barré :p

  3. Captif, vous voulez dire captif, mais vous n’avez encore rien vu.
    Ah, je parlais de Windows 10, vous voyez Apple fait des émules quoi qu’on en dise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*